Lettre d'information n°3

Articles

Enfin des températures plus clémentes : la préparation matérielle de l’exposition estivale peut se faire. Dans toute la clarté de mes journées, dans la fraîcheur des murs épais de la Porterie, je retrouve l’activité inoubliée de l’ébénisterie avec sa bonne odeur de bois frais pour confectionner des chevalets. Au coeur du Cloître, ils accueilleront les textes et les clichés minutieusement composés par nos amies de la Cité du Mot et ornementés par le talent de Yoann Pochiet.

Cette tour des Bertranges m’évoque un coffret en ivoire ciselé renfermant de précieuses reliques rapportées d’Orient. Elle a retrouvé sa blancheur originelle, et les transepts leur étanchéité tant souhaitée. C’est un carrefour de convergence de pèlerins depuis l’Europe Centrale. Ils accourent depuis le Moyen Âge, parcourant les belles allées forestières où ils ont surpris la traversée furtive d’animaux ; les moines n’étaient pas bien loin, occupés à la coupe de leur bois et à l’entretien de leurs vignes. Mais enfin, voici le puits de Compostelle, plus loin une fontaine pour se désaltérer. Avant la traversée du pont de pierre, les marcheurs découvrent « La Charité-sur-Loire » avec ses vertus d’hospitalité. La motivation perdure avec le travail inlassable des hôtesses de l’Office de Tourisme de « La Charité-sur-Loire Bertranges-Val de Nièvres » qui renseigne les visiteurs.

Chez-nous les reliques tant vénérées ont disparu. Mais nous sommes émerveillés par cette belle installation sculptée au XIe siècle. Contrairement à Cluny ce témoignage est resté en bonne place.

Prosper Mérimée, Stendhal, s’étaient arrêtés à ses pieds pour proclamer sa beauté. Notre ouvrage « Le Décor Sculpté intérieur de l'église Notre-Dame de La Charité » nous éclaire pour faciliter la compréhension de ses quelques mille ans d’histoire.